Accueil | Hébergement | Forfaits | Carte | English | Deutsch | Español

L'Île d'Orléans

C'est Jacques Cartier en 1535 qui, à la vue de cette île verdoyante, la surnomme "île de bacchus", en raison des vignes sauvages qui y poussent. Mais bien avant l'arrivée de l'homme blanc, les amérindiens désignaient l'île par le mot algonquin "Ouindigo" qui signifie "coin ensorcelé". Encore aujourd'hui les insulaires portent le sobriquet de "Sorcier de L'Île. L'origine de ce sobriquet serait attribuable à la présence de feux follets le soir venu. Au fil des ans, l'île cumula une série de noms différents. Son nom définitif, de Île d'Orléans, on le doit à Jacques Cartier qui, le 6 mai 1536, la baptisa ainsi en l'honneur du Duc d'Orléans, fils du roi de France, François premier.

L'Île d'Orléans est considérée comme l'un des plus anciens lieux de peuplement de la Nouvelle-France.

 

 

MRC Île d'Orléans


La MRC de l'Île d'Orléans compte approximativement, en 1995, 7000 âmes réparties dans 6 paroisses. L'île totalise 34 km de long par 8 km de large, elle est reliée à Québec (plus précisément Beauport) par un seul pont. La route principale, le Chemin Royal, dessert toutes les agglomérations de l'île.


Les insulaires distinguent par les noms de montant et baissant les marées qui amènent l'eau salée du golfe Atlantique jusqu'à la pointe est de l'île.

 

Résumé Historique

À l'époque de la Nouvelle-France, l'île fait partie du vaste domaine de Beaupré. Les colons appelés à peupler l'île sont pour la plupart originaires de la Normandie et du Poitou. Le recensement de 1685 dénombra 1205 insulaires et 917 têtes de bétail.

En 1759, l'île sera occupée par les anglais, il existe, toutefois, peu de traces de leurs passages.

Témoin du passé, plus de 600 bâtiments sont reconnus par le gouvernement du Québec, comme ayant une grande valeur patrimoniale, dont la plus ancienne église de la Nouvelle-France. Quelques boulangeries datant du 18 et 19ème siècle sont encore actives aujourd'hui. Malheureusement la douzaine de moulins à farine ainsi que les tanneries, cordonneries et selleries qui contribuaient à l'autosuffisance des insulaires n'existent plus de nos jours. Le Manoir Mauvide-Genest converti en musée témoigne de la vie quotidienne de l'habitant et du seigneur de l'île d'Orléans. Certains Bed & Breakfast rapellent eux aussi la petite histoire de ses insulaires remplis de fierté.

Seulement 15 minutes sépare l'île d'Orléans du centre-ville de Québec.

egl2p.jpg (15115 bytes)egl3p.jpg (12645 bytes)egl4p.jpg (10204 bytes)

 

 

Histoire Maritime

marinastlaurentp.jpg (10265 bytes)Le tout premier quai fût construit en 1855, à Sainte-Pétronille. Ainsi relié à Québec, l'île d'Orléans connaît un essor économique important. Le quai sert à la fois d'embarcadère pour les produits maraîchers et accueille les visiteurs qui ne tardent pas à affluer. Plus près de nous, soit de 1908 à 1967 le chantier maritime du Saint-Laurent (maintenant Parc Maritime avec animation, commandité par les gouvernements provincial et fédéral) fût une des plus importantes industries de la région. Pendant la belle saison on y construisait des navires de bois et l'hiver, on entreposait les goélettes. Au XIXème siècles, de 300 à 400 chaloupes sont construites par année dissiminées dans une vingtaine de chalouperies.

 

L'Héritage des Aïeux

moulinstlaurentp.jpg (11138 bytes)Les habitants de l'île d'Orléans ont jalousement préservé le charme rural de leur île chérie. Félix Leclerc chanteur et poète résume bien l'esprit qui anime les insulaires. De plus, cette dernière est la terre ancestrale de 317 grandes familles québécoise dont 35 d'entre elles y ont érigé un monument ou une plaque commémorative à l'occasion de grandes fêtes.

Découvrez les 4 saisons de l'Île d'Orléans (conte enfantin).


 

 

L'Agriculture

 

Ses terres fertiles produisent, en 1995, près de 27% des pommes de terre et plus de 50% des fraises de la région de Québec. Le terrain est aussi propice aux pommiculteurs qui offrent en saison la possibilité de cueillir vous-mêmes les fruits mûris par le chaud soleil d'été.

De plus, les érablières (dont certaines ouvertes à l'année) mettent à votre disposition une personne ressource qui vous expliquera le fonctionnement de l'authentique cabane à sucre ainsi que la fabrication du sirop d'érable et ses sous-produits. Il est préférable de s'informer à l'avance sur la nécessité de réserver ou pour connaître les périodes d'ouverture.

Les piscicultures, comme la pisciculture du Domaine Orléans, vous offrent de plus l'occasion de taquiner le poisson (la truite) dans un décor fort agréable. Celles-ci fournissent pour la plupart l'équipement nécessaire.

L'agriculture demeure la vocation de base de l'Île de Bacchus.

 

Accueil | Hébergement | Forfaits | Carte | English | Deutsch | Español